Art : Le visage critique…

A la sortie de la seconde guerre mondiale, le renouveau économique permet désormais aux populations occidentales de vivre dans la prospérité et l’Art continue comme lors des décennies précédentes d’être le reflet de son époque. Les tirages en série d’Andy Warhol représentant les célébrités politiques et cinématographique de l’époque (Marilyn Monroe, Che Guevara, Elvis Presley, Elizabeth Taylor, etc) transpose le portrait artistique au rang de produit de consommation au même titre qu’une boîte de soupe ou d’un savon pour les mains. Le portrait n’est donc plus une éloge de l’individu comme il le fut auparavant. La sérigraphie permet à Warhol une production en série à l’image de l’industrie et le portrait vedette devient un produit de consommation fidèle à sa propre image dans la réalité.

Cependant Warhol joue aussi sur la frontière entre critique et idéalisme…

Les portraits de Mao Zedong qu’il réalise au début des années 70, dans un contexte de guerre froide relève tout simplement de la provocation. D’autant plus que Mao, une sérigraphie réalisée en 1973 est un portrait impassible dans lequel il est difficile de percevoir une émotion. Ni de la part du modèle, ni de la part de l’artiste. Avec Mao, Warhol ne prend pas de position politique, ils se contente juste de provoquer (rappelons qu’environ une dizaine d’années auparavant, ce geste lui aurait valu de nombreux problèmes avec les autorités américaines) et renvoie le personnage à l’aspect froid de la production industrielle. Notons que le portrait du leader communiste chinois est lui aussi, à l’époque reproduit et affiché dans des quantités qui défient toutes les règles de la politique pratiquée dans l’histoire, en occident.

A la même époque, en Europe naissent deux mouvements artistiques qui s’affichent très clairement comme les défenseurs d’une société anti-consumériste. D’une part en France avec Les nouveaux réalistes et d’autre part en Italie avec l’Arte Povera. Néanmoins, il ne faudra pas attendre très longtemps pour que les dérives de la surconsommation ne soient raillées par les artistes et ce même aux États-Unis. Dans Supermarket Shopper (1970), Duane Hanson dresse un portrait caricatural quelque peu sombre de la ménagère américaine. Il la représente boulimique, opulente, des bigoudis sur les cheveux et une cigarette au coin des lèvres. Hanson porte une critique virulente sur la société de consommation et met en évidence un certain mal de vivre de la société américaine.

À mi-chemin entre cette caricature de Hanson et la peinture de Warhol, on peut aussi citer Fernando Botero…

Que penser en effet de ces visages bien en chair ? Peut-on considérer ses personnages comme étant heureux dans un monde parfait (ou plutôt vivant dans la prospérité malsaine la plus complète) ? L’artiste porte-t-il ses personnages au rang de victimes ou s’agit-il d’une vision critique de l’artiste sur la société ?

Au cours des XIXe et XXe siècles, la représentation du visage a subi de nombreuses modifications dans ses structures. Non seulement par les nombreux bouleversements sociaux vécus par les populations, mais aussi par l’expansion sans cesse croissante de la photographie. Il faut aussi mentionner la persistance de nombreux artistes affirmant leur volonté d’atteindre la plus grande liberté d’expression au travers de leurs travaux, en voulant rompre avec les limites imposées par l’académisme. Puis en écartant les limites mathématiques du support artistique traditionnel pour atteindre des modifications sur le visage même de l’artiste, grâce à des opérations chirurgicales, comme avec Omniprésence, de l’artiste française Orlan en 1993 . Enfin en se libérant des médias traditionnels pour explorer de nouveaux horizons au travers les technologies de l’information comme Cremaster 4 de Matthew Barney ou avec des matériaux de récupération ou des déchets…

Et c’est exactement ceci qui nous intéresse, à nous autres artistes aujourd’hui… Ne croyez-vous pas ?

Crédits photographiques :

Pour la première galerie…

Handy Warhol, Boite de soupe Campbell : Fair use, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=4268566

Andy Warhol, Portrait de Mao Zedong : By dalbera from Paris, France – Salle Andy Warhol (Hamburger Bahnhof, Berlin), CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24667856

Pour la seconde galerie…

Fernando Botero, Motherhood, Oviedo, Spain : By Nacho from Oviedo, España – Maternidad de Botero, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=34980031

Fernando Botero, Woman with cigarette, Yerevan : By David Stanley from Nanaimo, Canada – Woman Smoking a Cigarette, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=71501509

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 − 14 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut