Ce qui ne va définitivement pas…

Aimez-vous signer des pétitions ?

Perso, j’adore ça…

J’adore ça, parce que je crois au pouvoir de la multitude.

La multitude c’est vous et moi… Et vous et moi pouvons aujourd’hui, faire basculer des empires économiques, voir même des gouvernements.

Cette multitude, c’est la quatrième force, après l’économie traditionnelle, l’État et l’économie numérique. C’est un des points de force que nous offre ce XXI°siècle et nous aurions tort de nous en priver.

J’ai d’ailleurs pris l’habitude de signer toutes les pétitions que je pouvais signer, à partir du moment où la cause me semble en équilibre avec mes valeurs.

Les invitations à ces signatures sont donc nombreuses et cette semaine, j’en ai reçu une du site SumOfUs

« 14 familles endeuillées attaquent Apple en justice… »

Une véritable tragédie… africaine !

L’affaire remonte à décembre 2019. Il s’agit d’une plainte déposée contre Apple, Google, Tesla, Dell et Microsoft par l’organisation de défense des droits de l’Homme, International Rights Advocates contre ces entreprises qui selon l’ONG, profitent du travail d’enfants dans les mines de cobalt en République démocratique du Congo. 

Quatorze familles congolaises poursuivent donc les géants de la technologie afin de réclamer un dédommagement (financier) pour la perte de leurs enfants (nombre indéfinis) morts à cause de l’effondrement de tunnels.

On ne serait pas vraiment humain si on restait insensible à un tel drame !

Ayant vécu en Afrique pendant dix ans, j’ai pu voir cette cruelle réalité qui consiste effectivement à faire travailler des enfants. A chaque fois, je me suis battu contre leurs « employeurs » pour leur faire comprendre que la place de ces enfants étaient soit dans un jardin en train de jouer, soit à l’école. Et à chaque fois j’ai rencontré la même incompréhension…

Comme si faire travailler un enfant était naturel, on m’a même invité à payer les frais scolaires de l’un d’eux pour pouvoir compenser les pertes financières que cela engagerait.

Je me souviens avoir éprouvé un doute sur la validité de cette proposition, persuadé que l’auteur de cetlle-ci empocherait l’argent et continuerait de faire travailler cet enfant.

Que vaut, en effet la parole d’une personne qui fait travailler un enfant ?

Mauvaise foi ou non ?

En réalité, cette triste situation révèle plusieurs problématiques :

  • Pourquoi, cette situation est t-elle officiellement (au niveau national et international) possible ?
  • Pourquoi des entreprises ont-elles les mains libres pour employer des enfants dans – on peut s’en douter- des conditions absolument intolérables ?
  • Pourquoi les parents forcent-ils leurs enfants à aller travailler dans ces mines ( ne sont-ils pas directement responsables pour leur choix) ?
  • Pourquoi ces géants de la Technologie achètent du cobalt à des entreprises qui n’ont ni foi, ni loi ?
  • Qui est véritablement – officieusement – derrière cette plainte ?
  • Qui a convaincu ces familles de réclamer de l’argent ?
  • Pourquoi si peu d’informations médiatiques sur cette douloureuse affaire ?

Bref, vous l’aurez compris, les choses ne sont pas simples…

Et pourtant…

Cette dramatique histoire perpétue encore et toujours le drame africain.

Même si la situation est condamnée au niveau international, les moyens de pression de l’ONU et des ONG qui sont sur place sont limités car il s’agit de combattre deux ennemis de taille : la culture et la corruption. Et contre ces deux ennemis, même avec le développement d’effectifs de choc sur place, il est très difficile de se battre.

Une corruption tout d’abord, tellement facile qui permet aux entreprises de laisser les autorités nationales et locales fermer les yeux sur de telles pratiques. Une corruption qui maintient certaines personnes au pouvoir – personnes que cela n’arrange pas de changer les choses – celles-ci préservant volontairement une pauvreté qui pousse des parents à envoyer leurs enfants à travailler pour gagner de quoi être un peu moins misérables.

Il faut ajouter à cela des prix maintenus au plus bas pour faire partie de cette concurrence mondiale (rappelons que la RDC fournit au monde 60 % du cobalt) qui pousse les entreprises de la Tech à aller s’approvisionner chez eux en fermant (volontairement ou involontairement) les yeux sur ce qu’il pourrait se passer là bas.

Et puis, il faut garantir la production dans des projets pharaoniques qui ont demandés tellement de sacrifices.

Il y a aussi ces pauvres gens qui envoient leurs enfants travailler dans des mines…

Enfin, il y a ce monde qui est derrière et qui tire parti de la première opportunité pour que tout éclate au grand jour…

Artistes dans l’âme, nous avons choisi pour conserver l’esthétique de ce site, de travailler avec un système simple, net et efficace… Pas de pub, rien que du sponsoring et du bonheur !
Plus d’infos pour sponsoriser nos articles…. 
Prêts pour la suite ?

Pas de beaux horizons possibles ?

Si le procès aboutit et que l’ONG qui soutient ces 14 familles a gain de cause ce ne serait que justice en effet. Il est grand temps que les entreprises du numérique se distinguent des entreprises de l’économie traditionnelle. En faisant notamment la part des choses et en privilégiant avant tout le commerce équitable et l’écologie.

Cependant il semble que toute cette affaire fasse ressortir d’étranges sentiments :

Qui est condamnable en effet ?

  • Les nations unies et la communauté internationale ?
  • Les autorités nationales et locales congolaises ?
  • Les entreprises du numérique ?
  • Les entreprises minières qui exploitent le cobalt ?
  • Les parents qui envoient travailler leurs enfants dans des mines sous le prétexte qu’ils n’ont pas le choix ?
  • Les ONG et autres organisations qui tirent de cette situation un parti pour se faire de l’argent ou plus honnêtement pour garantir leur raison d’être ?

Si les choses aboutissent – ce qui n’est pas encore garanti – il ne reste plus qu’à espérer que chaque partie, en toute bonne foi puisse tirer une leçon de cette triste affaire…

Espérons que ce sera le cas, cela nous aiderais peut-être à avancer !

Ne nous oubliez pas…

Nous sommes aussi sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 6 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut