Concevoir une éolienne commerciale individuelle : connectez une génératrice à une simple girouette et elle vous produira de l’électricité…

« Si une éolienne dans le jardin pouvait produire 50 kg de charbon par jour (or, elle peut produire l’équivalent en énergie), nos mines de charbon fermeraient dès demain. Personnellement, je pense que d’ici 400 ans, on aura peut-être résolu le problème de l’énergie en Angleterre de la façon suivante : le pays sera recouvert de rangées d’éoliennes de métal, entraînant des moteurs électriques qui eux-mêmes fourniront un courant à très haute tension à un grand réseau électrique. De grandes centrales judicieuses espacées utiliseront le surplus d’énergie des périodes venteuses pour effectuer la décomposition électrolytique de l’eau en oxygène et en hydrogène. Ces gaz seront liquéfiés et stockés dans de vastes réservoirs à double paroi sous vide, probablement enterrés. (…) Par temps calme, les gaz seraient recombinés dans des moteurs à explosion reliés à des dynamos pour récupérer de l’électricité ou, plus probablement, dans des piles à combustibles. »

John Haldane – 1923

Est-il possible de posséder son éolienne et produire de l’électricité chez soi ? 

Oui, c’est même une invention qui date de 1888. Charles Brush fut le premier à construire une éolienne individuelle pour alimenter sa maison en électricité. Aujourd’hui les petites éoliennes individuelles représentent même un marché en pleine expansion. Pourtant il est vrai que l’on en voit pas beaucoup autour de nous…

Imaginez pourtant le potentiel que pourrait représenter une éolienne par habitation… Imaginez cette formidable production énergétique qui pourrait venir encore s’ajouter aux dizaines de possibilités qui sont en développement à l’heure actuelle, notamment en terme de panneaux solaires.

Lorsque l’on parle d’éolienne on imagine immédiatement trois ou quatre hélices sur un pilonne qui mesure 20, 30 ou 40 mètres de hauteur. Mais les possibilités ne s’arrêtent pas là. Les éoliennes verticales permettent entre autre de lier fonctionnel et esthétique…

Souvenez-vous, une des cinq règles du Design et de la créativité écologique : toujours envisager la rupture…

Ici puisqu’il sera difficile d’envisager la rupture avec quelque chose qui est déjà une rupture en soi, nous allons donc nous contenter d’améliorer ce qui existe déjà techniquement et nous pencher plus particulièrement sur le rendement propre à l’éolienne, sur l’esthétique et sur les implantations In Situ.

Nous avons dans notre introduction suggéré que chaque maison pourrait être équipée d’une éolienne. Il s’agit là d’un chantier énorme… et cela signifie encore un pas de plus vers l’autonomie énergétique de chacun, ce qui représente le combat que nous devons mener ici.

Cela signifierait peut-être, la disparition programmée des producteurs d’énergie (et il n’est pas certain que les pouvoirs publics apprécient). Nous pourrions imaginer qu’une habitation individuelle soit autonome énergétiquement avec un couplage solaire/éolien. Nous pourrions même imaginer dans un second temps que chacun puisse produire et vendre son électricité via une installation raccordée directement avec ses voisins ou par un système de batteries, ce sans devoir passer par le réseaux de distribution… 

Aspects techniques…

D’un point de vue technique, une éolienne verticale à une conception simple. Il existe trois types de procédés utilisés: le type Darius, le type Savonius et enfin le type à voilures tournantes.

Le type Darius est généralement constitué de deux profils recourbés, disposés de part et d’autre de l’axe central. Le type Savonius assemble deux ou d’avantage de demi cylindres verticaux ou hélicoïdaux autour d’un axe de rotation. Et enfin le type à voilure tournante qui utilise une toile, de la même manière qu’on le fait pour les bateaux. La voile est entraînée par le vent autour d’un axe. L’énergie produite est envoyée à un poste de livraison qui le réinjecte sur le réseau. Dans notre cas, elle devra injecter en priorité l’énergie produite sur une batterie.

Pour des informations techniques plus approfondies consultez l’article sur Wikipedia.

Production mondiale d’énergie éolienne

Pour qu’une éolienne fonctionne, c’est entendu, il faut du vent…

Pour déterminer ce que va devenir votre éolienne, il va falloir penser aux endroits potentiellement susceptibles de produire un maximum d’électricité (une rue est un couloir à vent, donc pourquoi ne pas exploiter cette possibilité). C’est à partir de là que la forme de celle-ci va se dessiner. Elle peut par exemple prendre la forme du montant d’une barrière. Elle peut se transformer en clôture. Elle peut-être intégrée à un réverbère. On peut aussi très bien l’imaginer intégrée dans un bloc qui pourrait devenir l’élément d’un mur.

Inversement si vous choisissez de vous écarter du fonctionnel, votre éolienne peut aussi devenir une sculpture de jardin, un jeu pour les enfants ou un élément décoratif pour le toit d’un bâtiment. Cela peut très bien devenir aussi une girouette plus perfectionnée.

Souvenez-vous bien de cela : la personne qui réussira à mettre au point une génératrice qui s’adapte à tous les axes rotatifs, quels qu’ils soient (manuels ou électriques) dominera probablement le monde de demain…

Voici quelques idées…

Unéole, des éoliennes verticales sur les toits des immeubles urbains

Pour des informations techniques plus approfondies consultez l’article sur Wikipedia.

Production mondiale d’énergie éolienne

Revoir les notions de base de dessin…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 × 9 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut