Et boum, ça vient de tomber…

Bonjour tout le monde !

Saviez- vous qu’il existe des salons internationaux complètement virtuels et gratuits ?

Et oui, ce matin je lisais justement un article qui traitait des effets à long terme de la crise liée au COVID 19…

L’article mettait en évidence une chose claire, notre monde ne sera plus jamais comme avant.

Et cela concerne de nombreux aspects de notre vie :

Notre manière de  faire nos courses, de travailler, d’étudier, de jouer, de vivre chez-nous mais c’est aussi ce que disait l’article, notre manière de payer change elle-aussi. En effet, on peut être effrayé, en ces temps par ces horribles billets de banque qui sont eux aussi porteurs de microbes, de bactéries, voire même de champignons.

Bref, tout comme l’après 2008, il y aura bien un après 2020, et nous aurons de moins en moins de billets de banque entre nos mains.

Revenons-en à ce salon international virtuel…

Celui dont je veux vous parler aujourd’hui concerne les imprimantes 3D…

Il se déroulera en ligne le 22 octobre prochain de 14h à 23h. Vous pourrez assister à des conférences, voir les stands de 75 exposants virtuels, discuter avec leurs représentants ou bien encore participer à des tables rondes ou des sessions de networking. 

L’inscription est gratuite et se fait sur le site 3Dnatives.com.

Venons en au fait :

Si je voulais vous parler de ce salon aujourd’hui, ce n’est pas forcément pour faire de la pub pour l’événement, mais plutôt pour vous donner une idée de l’ampleur des changements profonds que nous sommes en train de vivre aujourd’hui. 

Même si vous n’êtes pas vraiment passionné par l’impression 3D, il me semble intéressant néanmoins d’y participer. Juste pour mesurer les possibilités que permet le monde numérique. 

Faites l’expérience, cela en vaut la peine…

On reste dans la quatrième révolution industrielle mais on change de sujet avec IBM, qui – se fait très discret en ce moment et qui laisse les GAFA sur le front – a décidé de faire peau neuve. Il faut savoir que, contrairement à ces jeunes pousses, IBM est quant à elle une entreprise centenaire qui a grand besoin de s’adapter aux pratiques du XXI°siècle pour ne pas sombrer dans un immobilisme qui parasite habituellement les vieilles entreprises. 

Donc IBM renforce sa position dans les services liés au cloud et dans toute sa sagesse, scinde ses activités en deux parties. Les services et l’IA d’une part et le cloud de l’autre. Voici donc un des acteurs majeurs de l’informatique rejoignant Apple, Amazon, Microsoft et Google sur un marché en pleine explosion.

Ça ne va pas aider Bruno Lemaire qui s’est fixé comme objectif de mettre en place un cloud européen avec ses confrères allemands pour atteindre la souveraineté numérique.

Voyage dans les étoiles maintenant avec une idée extrêmement originale… 

Envoyer ses objets personnels dans l’espace et les récupérer par la suite avec un certificat de vol… 

Idée véritablement stupide n’est-ce pas ?

C’est ce que j’ai pensé quand j’ai appris que le premier vol d’un objet aurait lieu le mois prochain. 

Et pourtant…

Je ne peux pas m’empêcher de penser que finalement, c’est plutôt une bonne idée.

Je m’explique :

C’est complètement inutile parce que si vous n’envoyez pas votre objet dans l’espace, ça ne va absolument rien changer à votre vie. Pourtant pourquoi pas, si cela fait rentrer de l’argent dans les caisses des agences spatiales ?

Après tout, l’industrie spatiale mérite elle aussi un coup de main. Grâce à elle, nous avons le panneau solaire, l’ordinateur ou bien encore – entre autres – le GPS.

Chacun est libre de dépenser son argent comme il le veut, alors si c’est pour la bonne cause, pourquoi pas ?

Quoi de neuf chez les GAFAM ?

Google et Apple doivent – malgré les difficultés du moment – bien rigoler lorsqu’ils entendent le premier ministre français dire que l’application StopCovid est un flop et qu’elle sera remplacée par une nouvelle version le 22 octobre prochain. Des délais qui paraissent un peu présomptueux, mais l’optimisme n’est jamais une mauvaise chose. 

En gros c’est une nouvelle addition qui vient s’ajouter à la lourde facture déjà payée. Quand on pense que 44% des italiens ont téléchargé l’appli Google/Apple et que la France voulait absolument avoir la solution nationale, on se dit que c’est beaucoup d’argent et de temps perdu…

Voilà donc du bon et du mauvais pour Google qui pourrait être le premier de la bande à payer pour ses dérives antitrust…

Des jours heureux pour Waymo (la filiale taxis autonome de Google) qui reprend de plus belle ses activités à Phoenix en Arizona, alors qu’elles avaient cessé il y a quelques mois suite aux restrictions liées à la pandémie. En revanche les investigations du gouvernement américain dans le cadre d’une loi antitrust pourraient l’amener à devoir revendre Google Chrome. 

Fair enough, Sure !

Oui mais pour qui ? 

On termine cette note GAFAM avec la (tant attendue) Keynote d’Apple…

Que dire sur cet évènement ultra millimétré ?

Grandiose bien entendu, mais peut-être pas suffisamment.

Lorsque Tim Cook nous a dit au-revoir – après nous avoir présenté la nouvelle enceinte connectée, la déclinaison des nouveaux IPad et celle de l’Iphone 12 – on aurait voulu entendre autre chose. Notamment tout ce qui allait se passer sur les ambitions de la firme en ce qui concerne internet. 

Alors, coup de théatre ou pas, l’avenir nous le dira mais quelque chose me dit  que cette étrange discrétion à quelque chose à voir avec les relations tendues entre l’entreprise et les autorités américaines. 

A plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 16 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut