Et boum, ça vient de tomber…

Maxine…

Ce n’est pas vraiment un joli nom, mais c’est pourtant un outil de visioconférence extrêmement efficace venant du fabricant de cartes graphiques. Nvidia, un nom que l’on entend de plus en plus ces derniers temps.

COVID oblige, tous les acteurs de la Tech pouvant se ruer sur le terrain de la visioconférence ne se gênent pas et ils auraient tort de s’en priver, puisque c’est un marché qui va littéralement exploser dans les prochaines années. 

Le premier avantage de Maxine est qu’il est hébergé dans le cloud donc pas de passage en interne.

Le deuxième avantage, c’est la définition…

Non seulement, la qualité de l’image, même si la lumière est faible peut être retravaillée, mieux encore réajustée automatiquement par une IA. Et du côté du son, tout les ajustements sont aussi possibles. Bref ce n’est plus un outil traditionnel qui par l’intermédiaire d’une caméra vous lie à distance à quelqu’un d’autre, mais bien une IA qui re-componse l’image et l’environnement de la personne que vous avez en face de vous. 

Reste à savoir si l’entreprise va commercialiser elle-même cette solution ou va rester fidèle à son statut de fournisseur des géants de la Tech (Nvidia est un fabricant de cartes graphiques). Dans ce dernier cas, les clients seront Facebook, Google et Microsoft. 

Bref, le gratin quoi !

Une petite balade dans les étoiles maintenant…

Connaissez vous Blue Origin ?

Pour ma part, comparé à SpaceX c’est un peu le canard boiteux des entreprises spatiales. Un peu comme Virgin Galactic qui nous promet depuis vingt ans des voyages dans l’espace et finalement on est un peu comme sœur Anne qui ne voit jamais rien venir. Il est vrai que comparé au dynamisme d’Elon Musk, Branson peut aller quand même a se coucher, on ne peut pas le cacher. 

Et bien en réalité, je viens de réaliser que je me trompais !

Pas vraiment du côté de Virgin Galactic mais principalement par rapport à  l’entreprise de Jeff Bezos. Je viens à l’instant de voir la vidéo du septième lancement de Blue Shepard, la fusée de Blue Origin censée envoyer une poignée de touristes dans l’espace pour quelques minutes. Et je dois avouer que je suis presque tombé à terre, tellement le résultat est impressionnant.

Et ce qui est véritablement troublant c’est qu’il n’y a même plus de rampes de lancement. Le lanceur décolle sagement, arrivé dans l’espace, il libère une capsule capable d’abriter six passagers, revient sagement sur terre et quelques minutes après la capsule vient se déposer sur le sol, ralentie par trois parachutes. Oui vous entendez bien, sur le sol et non plus en mer comme c’est le cas habituellement.

C’est une véritable prouesse technique que l’entreprise de Jeff Bezos vient d’accomplir car il démontre que le futur n’est plus forcément aux énormes lanceurs, mais peut-être à des véhicules plus petits. 

Une petite note pour clôturer ce chapitre spatial quotidien…

SpaceX va devoir s’aligner sur un nouveau record de vitesse le mois prochain quand elle va envoyer quatre astronautes (trois américains et un japonais) à bord de la station spatiale internationale. Un nouveau record vient d’être enregistré en effet, par un vaisseau Soyouz qui vient d’envoyer trois personnes sur l’ISS en seulement trois heures. 

Alors, tout cela n’a peut-être l’air de rien, mais il s’agit d’un duel entre les USA et la Russie et en la matière, la compétition est historiquement tendue…

Quoi de neuf chez les GAFAM ?

Retour sur le petit détail qui m’a échappé lors de la Keynote d’Apple mardi dernier…

Les Iphones sont désormais disponibles… à la location !

Rien d’interpellant d’après-vous ?

On peut désormais louer des téléphones de luxe.

Si ce n’est pas véritablement une révolution en soi, on ne peut néanmoins s’empêcher de penser qu’Apple est en train de mettre les bouchées doubles pour se positionner comme le premier fournisseur de services au sein des géants de la Tech. Alors que Google s’allie avec Orange pour commercialiser un smartphone à 30$, prévu essentiellement pour le territoire africain, Apple quant à lui loue ses téléphones.

Alors que je m’attendais à la surprise des surprises – la distribution d’internet par Apple – je me suis laissé avoir et je n’ai pas vu arriver cette nouvelle offre de location qui renforce Apple dans un domaine qui est est nouveau pour lui, à savoir le monde financier.

Apple est donc en train de se préparer à devenir une banque – pas dans le sens classique du terme et bien heureusement – mais bien un fournisseur officiel de produits financiers.

Ce service semble clairement destiné à promouvoir les systèmes de paiement Apple Pay et il me semble que d’ici peu votre assureur et votre banquier pourrait bien s’appeler… Apple !

Allez, une petite note sympathique pour clôturer…

Google et Microsoft dans l’agriculture…

Robot soignant des plantes d’un côté, ferme complètement autonome de l’autre. Et oui, nos chers GAFAM sont des touche à tout, absolument incorrigibles. Si la ferme autonome de Microsoft date de 2019, ce nouveau robot connecté de Google est flambant neuf…

Son rôle est de prendre soin de chaque plante de manière individuelle et de lui administrer les traitements adéquats afin que cette dernière puisse croître pour être dégustée en toute sécurité par l’homme. Inévitablement, les données fournies par le traitement, sont à la base de cette initiative et c’est tant mieux ! 

Le robot est supposé détecter tous les besoins et les maladies de la plante.  Aussi, il va analyser ce qu’aura besoin cette dernière en fertilisants et en pesticides.

Voilà, c’est le mot qu’il ne fallait pas prononcer et que je ne voulais pas que l’on prononce… les pesticides.

Sur le fond, en fait je suis entièrement d’accord. Un robot qui prend soin de chaque plante, de sa progression, des impératifs liés aux intempéries, de l’état du sol, de l’air ou encore qui analyse le taux de toxicité des parasites, moi ça me fait vibrer !

Par contre, quand on me parle de pesticides, c’est loin d’être le cas…

J’aurais préféré entendre un truc du genre, huiles essentielles qui font fuir les parasites, enrichissement du sol et développement interne de la plante qui l’aide à évacuer toutes espèces nocives pour elle. 

Bon donc OK, sur le fond, nous sommes d’accord, mais sur la forme nous le sommes un peu moins. Néanmoins je suis certain que au final il est possible de trouver un terrain d’entente !

A plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 11 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut