Et si Facebook annulait ses services dans l’Union Européenne…

Facebook quitte l’UE !

Ne rigolez pas, il semble que dans son excès d’enthousiasme pour fusiller les GAFAM, l’administration européenne risque de provoquer un départ précipité de Facebook.

Petite explication :

Pour gagner de l’argent, vous le savez certainement Facebook utilise les données que nous produisons. Dans les grandes lignes, ces données sont récoltées, stockées puis utilisées à des fins publicitaires ou à la fabrication d’intelligences artificielles.

Seulement voilà, ces données partent vers la Californie et ce n’est pas de nature à plaire à l’administration européenne qui voit d’un mauvais œil le fait qu’une agence de renseignement américaine puisse avoir accès à ces dernières, voir même les utiliser.

Pratiquement, cela donne quoi ?

La justice européenne à tranché : pas question que nos données partent vers les Etats-Unis !

Du coup, Facebook n’est pas content et a même menacé de cesser ses services sur tout le territoire.

Alors, on peut bien s’imaginer la catastrophe que cela entraînerait pour tous les utilisateurs du réseau social.

En espérant que nous n’irons pas jusque là, cette situation démontre une fois de plus une tendance de plus en plus forte de l’ingérence des autorités dans le fonctionnement des entreprises technologiques.

Récemment, l’Union Européenne s’était opposé au rachat de Fitbit – une entreprise qui fabrique des objets connectés – par Google. Aussi, on ne compte plus les procès, menaces et enquêtes contre les géants du numérique. A un point tel que les choses semblent même tourner à l’acharnement.

Mais les européens ne sont pas non plus les seuls dans la lutte contre les géants du numérique. Les Etat-Unis (voir même l’administration californienne) eux aussi ne sont pas en reste. Et cela ne concerne pas uniquement les entreprises de la Tech chinoise, mais aussi les entreprises américaines.

En ce moment, un projet de loi visant à rendre les réseaux sociaux responsables (juridiquement) du contenu posté, est à l’étude. On peut se douter que si cette loi devait être votée, les actions en justice contre des entreprises comme Facebook et Twitter n’en finiraient plus.

Et qu’en serait-il pour des plateformes comme TripAdvisor ?

Imaginez que tous les restaurants étant mal côtés, entament un procès pour diffamation en se servant de la plateforme pour attaquer les auteurs des critiques ?

Toujours est-il que tout semble se faire en haut lieu pour ralentir la progression des GAFAM. On ne peut d’ailleurs pas sans étonner car ils représentent de plus en plus une menace pour des institutions désormais obsolètes…

Rejoindre le groupe Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 × 13 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut