La Chine montre les dents et pendant ce temps l’administration française débloque (une fois de plus)…

Alors que Thomas Pesquet et les trois autres astronautes qui l’accompagnent viennent de revenir sur terre sains et saufs, tout semble basculer du côté obscur de la force dans les administrations. Du côté français, le fisc mène d’une part sa campagne de délation pour pousser les gens à se dénoncer les uns et les autres et d’autre part, la municipalité de Paris étrangle toujours un peu plus AirBnB. Et pendant ce temps, le gouvernement communiste de Pékin montre une nouvelle fois les dents, en nous annonçant un super ordinateur quantique qui serait 10 millions de fois supérieur à celui de Google…

Faux ou vrai ?

Doit-on véritablement croire une annonce officielle de Pékin ? 

Vous savez, ce genre d’annonce – qui est faite pour démontrer une prétendue supériorité sur ses ennemis – comme les communistes chinois savent si bien le faire ? En revanche, si c’était véritablement le cas – si un ordinateur quantique atteint cette puissance – il est grand temps de sonner l’alarme. Il est clair qu’une nouvelle guerre froide est en train de se préparer entre la Chine et l’Occident et nous savons que l’informatique quantique, l’intelligence artificielle, le cloud computing et la conquête spatiale​ sont les enjeux principaux de cette nouvelle guerre. La Chine n’est d’ailleurs pas en reste en termes d’agressions contre l’occident ces dernières années. Récemment de nombreux hôpitaux et services qui y sont liés ont subi des cyber attaques visant à pirater des milliards de données médicales. On pourrait se demander dans un premier temps qu’elle en est véritablement l’utilité, mais lorsque l’on sait que le gouvernement de Pékin constitue en ce moment une gigantesque base de données contenant des données médicales du monde entier, il n’y a rien de véritablement étonnant. Le tout est de savoir dans quel but ? Dominer le monde avec des vaccins, trouver des remèdes pour nous vendre des solutions miracles, ou encore nous déstabiliser ? Avec un ordinateur quantique capable de faire une opération en à peine une milliseconde, alors qu’il faudrait à l’ordinateur classique le plus rapide du monde, trente billions d’années pour en faire de mêm​e, on peut clairement en conclure qu’en ce qui nous concerne la partie est perdue d’avance ou presque. Notons néanmoins que l’ordinateur quantique de Google – le Sycamore – possède une capacité de 55 qubits contre 66 pour son concurrent chinois. On peut espérer que les américains – si du moins l’annonce chinoise n’est pas de la propagande – rattraperont vite la différence. Mais une chose est très claire, c’est que les chinois sont en train de courir plus rapidement que nous…

Et pendant ce temps, Bruno Le Maire fait encore parler de lui…

Oups, pardon… Les chinois sont en train de courir plus vite que les américains, car nous – européens – sommes encore très loin derrière dans les domaines (pour les répéter encore une fois) de l’informatique quantique, de l’intelligence artificielle, du cloud computing et de la conquête spatiale​. Les raisons, nous les connaissons, même très bien d’ailleurs… Une législation beaucoup trop complexe, une fiscalité beaucoup trop lourde et un chantage syndical trop contraignant. Bref suffisamment de handicaps pour entretenir un climat de méfiance des entreprises. L’ardoise, nous la payons déjà sans même le savoir, car si la Chine et les américains possèdent un ordinateur quantique alors que nous n’en avons pas, c’est que les deux pays sont arrivés à créer un climat créatif performant et pour cela, il ne faut pas énormément de choses. Il faut tout simplement des cerveaux, de l’argent et des entreprises. A la base, ce n’est pas ce qui nous manque, mais ces trois forces préfèrent partir ailleurs pour s’appuyer sur des écosystèmes plus performants (encore que pour ceux qui vont vers la Chine, ils devront faire face à des restrictions gouvernementales pires encore qu’en Europe). 

Comment en serait-il autrement quand le fisc français se targue d’avoir rémunéré des gens pour dénoncer ceux qui fraudaient ? Et oui, en France depuis 2017, 110 millions d’euros sont retournés dans les caisses fiscales grâce à la délation. Attention cela prend même des allures grandiloquentes car comme les français savent si bien le faire, ne dites plus indic, vendu ou balance, dites plutôt  aviseur fiscal… Et il faut savoir que les six aviseurs fiscaux qui ont été rémunérés depuis la mise en place du système ont gagné, ensemble, 1,8 millions d’euros. Du tout bonus pour les concernés, mais – sans soutenir ici, la fraude fiscale – que penser d’un système dans lequel l’administration envoie des chiens de chasse invisibles contre vous ? Cette situation ne peut qu’aboutir à un climat de méfiance chez tous le monde. Alors, à court terme, il est bien entendu que l’opération soit intéressante, mais elle ne peut être que dévastatrice sur le long terme, car elle ne peut aboutir qu’à la fuite des entreprises, des capitaux et forcément des talents vers de meilleurs cieux. 

Et pendant ce temps chez Anne Hidalgo et ses petits camarades… 

Comme nous l’avons dit plus haut, nous payons une facture sans même en av​oir conscience et non content de cela, nous devenons de plus en plus pauvres. Malheureusement, les administrations européennes perdurent aveuglément dans la voie dans laquelle elles se sont engagées. La mairie de Paris le démontre d’ailleurs parfaitement… 

François Hollande et son administration se sont clairement affichés comme les ennemis des entreprises technologiques. Uber et AirBnB en ont par ailleurs très largement fait les frais à l’époque. Et si ce n’était pas suffisant comme cela, le passage de Anne Hidalgo à encore empiré les choses. Car à Paris, c’est AirBnB qui est désormais accusé de faire monter les prix, déjà faramineux des logements. Or le problème du logement dans cette ville remonte très largement plus loin que 2007, date du lancement de l’entreprise américaine. C’est un fait, la capitale française attire les touristes par dizaines de millions et il faut bien les loger quelque part. Les services proposés par AirBnB sont en ce sens très rentables pour les propriétaires de biens immobiliers. D’autant plus que ces derniers n’hésitent pas à transformer des rez-de-chaussée commerciaux en logements. Une horreur pour l’administration qui ne jure que par la conservation des petits commerces (forcément plus facilement taxables) et de l’âme des quartiers​ parisiens (il faut bien une excuse). La législation en termes de location se renforce donc, encore une fois cette semaine, puisque dorénavant si vous ête​s propriétaire d’un logement et que vous voulez le transformer en bâtiment pour des locations saisonnières, chaque mètre carré va ​devoir être compensé au triple, en logement habitable non saisonnier. ​Comprenez par là que si vous voulez faire du AirBnB, il va falloir mettre la main à la poche. Mieux encore, vous serez condamné si vous dépassez le quota de 120 nuitées maximum, pour une résidence principale et vous aurez aussi besoin d’une autorisation de la municipalité si vous voulez convertir votre logement pour des locations de court terme. 

Alors, toutes ces règles partent peut-être d’une bonne intention, mais elles étouffent très clairement les individus, les entreprises traditionnelles et les entreprises technologiques. Bref, on freine le développement technologique pour tenter de minimiser un problème qui pourtant est lié à un surplus de législation. Si cette dernière n’était pas aussi contraignante à Paris (et dans la plupart des grandes villes ou capitales), les logements seraient plus accessibles à tous. Malgré tout, les autorités parisiennes ajoutent encore de nouvelles législations sur les législations déjà existantes et tout démontre que le système est voué à se compliquer encore et toujours un peu plus à l’avenir. 

Bons sens ou mauvais sens ? 

A vous de choisir, mais ne perdez pas de vue que le petit dragon chinois est progressivement en train de se transformer en un ogre qui à un très, très, très gros appétit. Et ça c’est loin d’être une bonne chose…​

Rejoindre le groupe Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 ⁄ 1 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut