« La peau de chagrin » : retour sur le roman de Honoré de Balzac…

Beaucoup vont se demander à quoi cela rime t’il de retourner à la littérature classique, lorsque l’on a pour vocation de traiter des impératifs liés au XXI° siècle…

Les raisons sont diverses :

Tout d’abord, cette littérature est accessible gratuitement ou à un coût marginal proche de zéro. Et nous sommes ici, des fervents défenseurs que l’idée d’une société du coût marginal zéro puisse exister.

Ensuite, il y a la qualité de l’écrit et son inspiration pour un genre fantastique, très différent de celui que l’on trouve aujourd’hui. En quelques sortes, nous retournons aux bases pures de la littérature fantastique. Ce qui va aussi inévitablement nous permettre de nous écarter des dogmes en vigueur et de ce fait d’être original.

Enfin, il y a le coup de cœur pour l’ambiance générale du livre. A sa lecture, on imagine (mais ce point de vue est pleinement suggestif) des couleurs, des ambiances, des sensations toutes particulières. Celles-ci donnent envie immédiatement de prendre ses pinceaux, sa plume, son appareil photo ou encore sa palette graphique.

Les uns et les autres pourront donc sur base de celui-ci, adapter cette histoire à notre époque, la traduire en poèmes(s), l’illustrer, en faire une bande dessinée, une vidéo, reprendre l’histoire et y intégrer de nouveaux personnages, etc. Les possibilités sont nombreuses…

Je vous laisse donc avec cet excellent roman, écrit par Honoré de Balzac en 1831…

Accéder au livre sur Wikipédia

Voir le contexte historique de rédaction sur Wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 18 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut