« Self Services Repair », coup de bluff ou véritable pas vers la fin de l’obsolescence programmée chez Apple?

Apple est avant tout une entreprise spécialisée dans le design….

Mais, ce qui la différencie néanmoins d’une entreprise créée par un designer célèbre comme Philippe Starck, c’est que ses ambitions sont beaucoup plus larges. Elle ne se contente pas seulement de dessiner les objets de notre quotidien, mais elle dessine aussi et avant tout la manière dont nous allons vivre dans le futur. 

Aussi pour quiconque veut véritablement déterminer le chemin que nous prenons, il semble bon de suivre de prêt ses annonces…

A l’Ouest, rien de nouveau…

Sa dernière Keynote – alors qu’elle constitue d’habitude un véritable baromètre –  était d’ailleurs étonnamment décevante. Il faut bien l’ avouer, la firme à la pomme n’a pas vraiment brillé en termes d’innovation en 2021. D’autant plus que la keynote précédente était pleine de surprises. Donc à moins d’une prochaine messe qui nous apprendrait qu’Apple va, une fois de plus révolutionner le monde, on peut sans prendre de risque, dire qu’il ne va pas se passer grand chose l’année prochaine. Du moins en ce qui la concerne. Mais cela ne signifie peut-être​ pas que si bien des choses ne sont pas forcément arrivées en aval, rien ne se passe en amont. Après tout Google, Microsoft et Amazon, ne sont pas non plus friands d’innovations en ce moment. On a bien appris​​ il y a quelques jours que Google se lançait dans la conception de médicaments (mais que cette dernière ne les produira pas directement – pression juridique oblige -) et déléguera au secteur pharmaceutique le soin de les produire à grande échelle. Mais dans les grandes lignes, il faut bien avouer que les grandes entreprises de la Tech sont relativement avares en termes d’innovations cette année. Il faut bien dire aussi que le climat est plutôt nauséabond : On ne sait pas si nous allons être​ une fois de plus confiné à la maison, Taïwan risque d’être envahi par la Chine et cela pourrait très clairement nous mener à un nouveau conflit mondial. La Russie développe des missiles hyper puissants et dégomme ces anciens satellites en orbite, avec pour résultat que l’ISS – et tout le symbole d’union qu’elle représente – se retrouve en péril. Enfin, pour couronner le tout les prix sont en hausse et forcément l’inflation grimpe elle aussi. Bref, rien de bien fabuleux ne semble se profiler à l’horizon… C’est dans ce contexte que Apple lance son Self Repair Services. Cela peut paraître maigre à première vue, mais pourtant, nous ne devons pas oublier que ces petites choses qui nous arrivent peuvent, elles aussi, générer de véritables révolutions et c’est peut-être bien ce que pourrait nous annoncer le lancement de ce nouveau service . 

Un pas de plus vers l’écologie, ce n’est plus un choix…

Apple n’a pas vraiment une bonne côte chez les écologistes et cela, la firme à la pomme en est très consciente. En 2016, l’entreprise présentait – pour contrer cette mauvaise image de marque – LIAM, un robot capable de désosser les Iphones et de récupérer tout ce qui est récupérable sur ces appareils afin d’accentuer les possibilités de recyclage. En 2018, Apple présentait Daisy, une nouvelle version améliorée capable de faire toujours un petit peu plus de choses. Bien entendu, nous le savons, la foule tire Apple par le haut, et il est très clair que Tim Cook (le CEO) ne peut pas se permettre d’être mal aimé. D’autre part, les menaces de pénuries de matières premières commencent à pointer le nez et il serait dangereux de ne pas prendre ce phénomène en compte. Il faut aussi ajouter à cela que plus les tensions avec l’Occident augmentent, plus la Chine montre les dents et malheureusement ces matières premières – y compris leur traitement – proviennent du même endroit​. Donc, en attendant les exploitations minières sur la Lune et sur Mars, il faut bien faire avec ce que l’on a…

Le nouveau service lancé par Apple, propose aux titulaires d’Iphones de pouvoir démonter et réparer leur appareils eux-mêmes. Ces derniers peuvent commander des pièces et des outils de réparation (d’origine). Ils peuvent aussi bénéficier de manuels pour les aider à faire ces réparations. Au-delà de l’inconnue sur le prix des pièces, du nombre de modèles potentiellement réparables et de la durée de disponibilité des pièces sur le long terme, on doit néanmoins admettre que l’idée est intéressante. Non seulement les bricoleurs vont pouvoir passer leur temps à fixer leurs appareils en panne, mais de plus votre voisin pourrait être en passe de devenir un artisan technologique qui pourrait faire ce travail à votre place. ​Rappelons aussi qu’Apple à déjà lancé le programme, Independant Repair Provider en 2019. Malheureusement, ce dernier n’était pas à la hauteur des espoirs des réparateurs professionnels non agréés par la firme. 

Vers une fin programmée du smartphone…

On ne sait pas encore si Self Service Repair sera cette fois à la hauteur des impératifs pour sauver la planète, mais cela pourrait bien être un pas dans le bon sens. Une chose du moins le fait penser…

On attend depuis longtemps l’annonce de la sortie des fameuses Apple Glasses. On considère même dans l’entreprise que ces lunettes connectées remplaceront à moyen terme les smartphones. On sait aussi que ces dernières représentent une porte d’accès possible dans ce qui paraît être aujourd’hui le point d’intérêt commun de tous les grands acteurs technologiques… les métavers. Appel en lançant le Self Service Repair pourrait bien avoir lancé le coup d’envoi de l’invasion des lunettes connectées à l’échelle de la planète, délaissant ainsi progressivement ses IPhones, tout en assurant néanmoins un suivi pour les appareils toujours en fonction. Une façon de gagner de l’argent sur le long terme, tout en jouant une carte écologique rassurante. Tim Cook pourrait réitérer ce que Steve Jobs avait fait avec l’IPod en son temps, à savoir détruire son propre produit phare. D’un autre côté, si on voit encore l’Apple Watch – à tort – comme un simple gadget, il n’empêche que couplée à une paire de lunettes connectées, les deux éléments vont, à terme, très largement remplir les mêmes fonctions que les smartphones… en mieux. Mieux puisque non seulement cette montre est le futur de la collecte des données médicales – voir même du développement des programmes sportifs – mais de plus les lunettes ont la capacité de faire littéralement exploser les secteurs, très prometteurs des réalités augmentées et virtuelles. 

Une montre, des lunettes et… des vêtements. 

On sait que la médecine intéresse de près Apple et d’autres entreprises d’ailleurs. Hors, le meilleur moyen dont la firme dispose en ce moment pour collecter des données médicales, c’est la montre. Mais il y a aussi le vêtement connecté… 

Va t-on assister dans les prochaines années au déploiement d’une ligne de vêtements Apple ? Ce pourrait être le cas et peut-être même beaucoup plus tôt que prévu. D’autant plus que des chercheurs de l’Université de Californie viennent de mettre au point une puce NFC (comme celles qui sont sur nos cartes bancaires) intégrable dans un vêtement, qui possède une portée de 120 cm. Il serait donc possible de surveiller la santé des patients, sans pour cela être connecté à des instruments. Mieux encore, on pourrait payer sans contact avec ces vêtements, sans devoir sortir son téléphone, ni introduire une carte dans un appareil, et faut-il rappeler qu’Apple vient d’entrer elle aussi dans le monde du service bancaire et compte bien y rester ?

Rejoindre le groupe Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 × 4 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut