Troisième semaine – Arts Plastiques et Culture – Pandore

Nous allons consacrer cette troisième semaine à notre production définitive…

En règle générale, nous consacrerons 3 semaines à la réalisation d’un travail. Il se peut que les choses aillent plus vite, mais elles peuvent aussi aller plus lentement. Spécialement pour les deux premiers travaux de notre programme (Pandore et Pygmalion). Ceux-ci faisant particulièrement appel à une recherche réaliste où la technique et le réalisme sont prédominants. Mais une fois n’est pas coutume…

Pour la peinture, le dessin, la sculpture et l’illustration…

Le rythme que nous allons nous imposer sera le suivant. : En temps réel ce travail nous prendra 8 heures…

2 heures pour la recherche

2 heures pour établir la composition

2 heures pour travailler les éléments

2 heures pour la finition

Semaine 1 – Recherches et étude(s) préparatoire(s)

Vous l’avez probablement constaté, les références qui serviront à élaborer notre travail sont nombreuses. Léonard de Vinci disait que l’art est une cause mentale. Et nous n’y échapperons pas ici. Nous allons prendre plaisir à découvrir les travaux et les recherches que de nombreux artistes, illustrateurs, poètes et écrivains ont fait avant nous. Si vos recherches doivent empiéter sur les semaines qui suivent, n’hésitez pas à le faire. Ce qui fait la particularité de ce programme, c’est que nous avons tout notre temps. Les cours sont de toute façon disponibles tout au long de l’année, même pendant les périodes d’été. Vous pouvez donc suivre ce programme à votre rythme, sans impératifs particuliers.

Semaine 2 – Première phase de réalisation

Dans cette phase, il va falloir établir les éléments de manière harmonieuse dans votre composition (en ce qui concerne ce travail 3).

Pour la peinture, il existe deux manières de le faire :

Vous pouvez soit esquisser au fusain ou au crayon les éléments sur votre support, soit déposer la peinture par zone de couleurs définissant les différents éléments. En ce qui nous concerne, nous privilégierons de préférence la deuxième méthode.

Semaine 3 – Développement

C’est dans cette phase que votre composition va prendre véritablement forme. Elle va devenir plus qu’une ébauche et elle va en même temps aiguiser votre impatience. N’hésitez pas, par ailleurs à passer du temps à la regarder et à vous interroger sur ce que votre travail pourrait devenir par la suite. Ce sont des moments enrichissants et particulièrement riches en créativité.

Semaine 4 – Finition

Dans cette phase, vous allez devoir mettre l’accent sur les ombres, les lumières et les détails qui vont faire de votre travail une réalisation achevée. Autant dire que très peu d’entre nous arrivent à achever ce travail dans un délais de huit heures… Il vous en faudra plus, notamment en terme de recherche. Vous aurez l’occasion de vous apercevoir que la remise en question est un des principes fondamentaux de notre programme. Vous aurez même l’occasion l’année prochaine de retravailler vos recherches, soit directement sur le support, soit en recommençant un nouveau travail consacré au même thème.

Pour les dessinateurs, votre composition finale sera présentée sur une feuille au format raisin (approximativement 50 x 70 cm).

Si vous choisissez le dessin académique, vous devrez faire la différence entre le croquis rapide et le dessin de précision. N’hésitez pas à vous entraîner à dessiner des boîtes (plusieurs dizaines de dessins) si vous avez le temps. Allez voir sur le centre de créativité les cours sur le dessin de perspective…

https://sites.google.com/site/centredecreativite/arts-plastiques-et-culture/cours-communs/dessin

Vous aurez aussi dans cette phase à apprendre à faire un portrait et à exprimer le mouvement. Pour le portrait, utilisez des photos de mode pour vous entraîner et ensuite choisissez celui que vous allez utiliser pour votre travail final. Si vous êtes fraîchement arrivé dans l’univers artistique, essayez autant que possible d’éviter de travailler un visage d’après nature (sauf si évidemment vous éprouvez une passion pour ceux-ci).

Attention un visage est construit !

Il n’y a jamais un œil ou une oreille en décalage avec l’autre. Prenez le temps d’observer la manière dont est construit ce visage.

Votre production finale sera au crayon ou à la sanguine.

Si vous choisissez le dessin contemporain, n’hésitez pas à utiliser la technique du collage. Vous verrez qu’il existe de nombreuses ressources dans le fait d’assembler des morceaux de papier (ou d’autres choses) et de les retravailler avec des techniques artistiques plus traditionnelles, telles que de l’aquarelle ou du fusain.

Pour la littérature et la poésie

Après avoir survolé les différentes lectures recommandées, vous allez devoir constituer un texte en vous inspirant du mythe de Pandore. Vous pouvez l’écrire par exemple dans la lignée symboliste du XIX°siècle en transposant le mythe à l’époque où nous vivons. Ce qui donnera certains contrastes à votre travail. Si vous envisagez de passer à l’illustration dans les cours qui suivent, il serait intéressant de vous poser la question suivante : Qui va lire votre livre illustré ?

Pour les poètes, laisser vous aller… L’antiquité est une période très féconde. N’oubliez pas que en ce qui vous concerne, le thème sur lequel nous travaillons est une opportunité d’être créatif. Ce premier travail n’est qu’un exercice préliminaire qui vous guidera vers des travaux plus complexes, donc laisser vous aller à la créativité.

Pandore références complémentaires :

http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/exposition-la-boite-de-pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *