L’image humaine est morte, vive l’image… « Artificielle » !

Cela fait plus de 40.000 ans que cela dure et elle ne quitte jamais l’humain !

Elle fait même partie de lui, et pour s’en rendre compte, il est juste nécessaire de s’imaginer la quantité phénoménale d’images qui ont été produites dans l’histoire…

Pourtant, avec l’arrivée des intelligences artificielles génératives, nous pourrions bien assister à une certaine mort de l’image de fabrication humaine. 

On s’en fiche ?

Et bien à vrai dire… oui et non !

Mark Zuckerberg devient neuro… liseur !

Depuis le temps que le patron de Meta, Mark Zuckerberg, et ses ingénieurs développent des casques de réalités virtuelles ou augmentées, ils ont eu le temps de réfléchir aux différentes possibilités que ceux-ci offrent. On sait aussi que les Sept fantastiques (GAFAM + Tesla (ou plutôt l’écosystème muskien) + Nvidia) se rapprochent tout doucement du secteur de la médecine et il ne fait nul doute que d’ici quelques années vos médecins préférés seront Jeff Bezos, Elon Musk, Tim Cook et autres Sundar Pichai (ou leurs successeurs)…

Meta vient juste de mettre au point une Intelligence Artificielle capable de traduire en image les champs magnétiques de l’activité neuronale de notre cerveau. Oui, rien que ça !

En gros, cette IA transforme en image tout ce qui vous passe par la tête et en fait même une… œuvre d’Art

Nous passerons ici sur les détails techniques, car ce qui nous intéresse c’est avant tout ce à quoi va ressembler l’image (dans son sens universel) dans le futur, mais aussi ses applications possibles en termes de médecine. Lire et interpréter ce qui se passe dans le cerveau humain pourrait bien résoudre des maladies comme celle d’Alzheimer, sans même avoir recours à l’arsenal médical classique (encore que ce dernier n’a pas encore réussi à trouver des solutions à ce problème). 

Si les IA génératives comme Mid Journey viennent tout récemment d’apporter une dimension supérieure aux logiciels de dessins et de retouche photo, nous sommes ici sur quelque chose qui en touche une autre… de très, très loin !

Utilité de l’image ?

Imaginez que vous regardiez votre écran et qu’en appuyant sur un bouton – exactement comme vous le faite en prenant une photo avec votre smartphone – vous obteniez une superbe image de ce à quoi vous pensez à l’instant même ?

En demandant à cette IA de mixer les différents clichés qu’elle a pris, vous pourriez même affiner sa création !

En réalité, cela rappelle les réflexes qu’a apporté le smartphone avec la photographie…

En quelques années le monde entier s’est transformé en une nation de photographes, faisant basculer des pans entiers de l’économie. L’américain Kodak en a d’ailleurs fait les frais. Nous sommes tous devenus photographes parce que nous avions l’appareil adéquat – très facile d’utilisation – dans notre poche. Ce phénomène a très sérieusement changé la donne, puisque de plusieurs millions de photos qui étaient prises auparavant, nous sommes passés à des trilliards de clichés, rendant de ce fait la photographie professionnelle (commercialement parlant, pas forcément artistiquement) presque obsolète.  

Sauf qu’ici, c’est à la fois de l’imaginaire que l’on parle, mais aussi de l’intimité cérébrale…

Une machine qui lit dans vos pensées, mais aussi qui les interprète à sa façon, cela peut-être excitant – en termes d’opportunités – mais il y a  aussi, c’est vrai, un côté légèrement inquiétant !

Que reste t-il des fabricants d’images ?

Nous sommes en 2030, vous êtes à table avec des amis et la conversation ne tourne qu’autour d’une chose : votre nouvelle œuvre cérébrale que vous présentez fièrement aux personnes qui sont auprès de vous (un peu de la même manière que vous montrez vos photos de vacances). 

Vous essayez même de leur vendre…

Ensuite, c’est au tour du suivant de présenter son œuvre cérébrale aux différents membres et ainsi de suite, et ce exactement comme si vous exhibez un tableau d’artiste que vous venez d’acheter…

Jusqu’ici, ceci est effrayant pour le sort des artistes eux-mêmes (y compris pour toutes les activités artistico-commerciales). En gros, ils pourraient bien perdre à tout jamais leur raison d’être et c’est bien pire que de perdre un emploi. Après tout, leur rôle depuis très longtemps est de traduire l’imaginaire humain.

N’ayez cependant crainte pour eux, ils ont survécu à la photographie et ils survivront probablement aux œuvres neuronales. C’est plutôt sur le changement sociétal qu’il faut s’attarder…

Nous l’avons vu plus haut, l’image et la volonté humaine de la produire datent de plus de 40.000 ans. Aujourd’hui et surtout demain, cette compétence sera reléguée à des machines. 

Plus que jamais l’humain va devenir l’artiste de lui-même et c’est un peu, finalement, ce que nous sommes en train de faire quand nous utilisons les réseaux sociaux sur internet. 

Qu’attendre d’autre que du premier véritable réseau social en ligne ?

Notons quand même que les craintes qui sont liée à ce type de technologie résident profondément dans l’utilisation de données personnelles et surtout du viol ou inversément de l’exhibition de notre intimité profonde. L’histoire se répète et ce n’est pas prêt de finir, mais en attendant si vous avez l’âme d’un artiste, il vous reste deux choix :

Soit vous changez de métier, soit vous révolutionnez le monde !

Sébastien Colson 

C’était bien ?

Bon…

Mais ce n’est pas tout, car une époque formidable c’est aussi un site Web et des centaines de réflexions qui traitent des problématiques de notre monde et c’est aussi…

Un bureau de rédaction, d’illustration et un service de sponsoring !

Ah oui, au fait, nous sommes aussi sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube et nous avons aussi un groupe sur Facebook sur lequel nous pouvons discuter de toutes les problématiques qui se posent à nous, donc on vous y attend car nous avons besoin de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 ⁄ 4 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut