Macron sauvé de justesse ?

Que conclure de l’élection gagnée de justesse par Emmanuel Macron ?

Les élections présidentielles françaises n’auront certes pas changé le monde… 

Elles auront tout au plus mis en valeur des tendances générales occidentales, qui depuis longtemps mûrissent très lentement. La plus flagrante d’entre elles est probablement la disparition d’une véritable gauche et d’une véritable droite dans lesquelles beaucoup avaient encore de grands espoirs, il n’y a pas encore si longtemps d’ici, mais qui n’ont décidément pas réussi à convaincre l’électorat français. 

Inutile de chercher à savoir pourquoi ! 

Valéry Giscard D’estaing a déçu les français qui ont élu un François Mitterrand qui a lui même déçu des français, qui ont à leur tour élus Jacques Chirac – qui lui aussi l’à échappé belle face à Jean-Marie le Pen – et qui a finalement mis les clés sous le paillasson pour laisser l’Elysée à un Nicolas Sarkozy, très prometteur, mais désastreusement décevant aux yeux de la population. Et c’est un personnage un peu plus décevant encore qui lui a succédé – François Hollande – l’autre François qui voulait ressembler à son illustre prédécesseur, mais qui a oublié,bien malheureusement, qu’il ne vivait plus dans la même époque que lui. 

Impossible donc de refaire ce qui avait déjà été fait, qui plus est dans un contexte complètement différent. Centre, gauche, droite, droite, droite, gauche et c’est finalement la désillusion complète. Et puis arrive un Emmanuel Macron issu du monde de la finance. Un Macron qui a fait carrière au parti socialiste et puis qui un jour, alors que personne ne s’y attendait, déclare unilatéralement qu’il n’est pas socialiste. Macron est alors littéralement viré du PS et largue les amarres vers d’autres horizons, et de fait beaucoup plus à droite. Mais il déçoit, comme ses prédécesseurs ont aussi déçu les français. La population est mécontente, le pouvoir d’achat est encore un peu plus bas, malgré les efforts de l’administration et les milliards d’euros consacrés aux indemnités liées aux confinements et aux campagnes de vaccinations.

Bref, en 2022, nous retrouvons une France divisée, mais surtout qui s’est écartée d’une véritable gauche et d’une véritable droite. Ce ne sera pas la première fois dans l’histoire, mais il faut bien avouer que ce type de situation est assez rare en temps de paix. Nous sommes loin d’une situation dans laquelle nos grands parents (ou arrières grands parents) n’avaient d’autre choix que de choisir entre communisme et fachisme. Sur les 12 candidats potentiels à l’élection de 2022, 6 d’entre eux étaient de gauche. Si nous considérons les écologistes comme un parti qui fait aussi partie de l’extrême gauche, cela nous amène à cinq candidats. Du côté des nationalistes, quatre candidats étaient présents, dont deux d’extrême droite (Marine Le Pen et Eric Zemmour). Reste en réalité deux partis modérés de droite ou du centre : Les Républicains et La France en Marche. C’est beaucoup pour les extrêmes et peu pour les plus modérés. Cela reflète malheureusement une tendance significative qui nous montre les dérives du monde d’aujourd’hui. On peut le regretter, mais doit-on véritablement blâmer cette population qui ne croit plus en rien, car elle n’a plus rien en quoi croire ? 

Pire encore, lors des législatives, Macron n’a pas réussi à avoir une majorité à l’assemblée nationale. Toutes les gauches réunies dans une seule coalition autour de Jean-Luc Mélenchon ont donc maintenant toutes les cartes en main pour l’empêcher de faire les réformes qu’il voudrait. Autant dire que son second quinquennat sera fait de compromis, ou dans le cas contraire il ne se passera pas grand chose de nouveau. Macron, plutôt capitaliste et Mélenchon plutôt à l’opposé, c’est un duo qui par excellence ne peut pas s’entendre. Et c’est plutôt une mauvaise nouvelle parce que nous parlons de la seconde économie européenne. Macron va décevoir de toute façon les français et les extrêmes frapperont de nouveau à la porte en 2027, car il sera à nouveau confronté à un paradoxe :

S’il veut, lui ou son successeur une population satisfaite, il lui faut tout d’abord lui procurer la sécurité, un meilleur pouvoir d’achat et des emplois en suffisance. Tout ceci concerne avant tout une chose qui n’est autre que le climat fiscal. Un meilleur climat fiscal c’est plus d’argent pour la population, donc plus de bien être, plus de sécurité (notamment par une baisse de la criminalité) et logiquement plus de travail puisque cela attire des entreprises, donc forcément c’est un générateur d’emploi. 

Simple me direz-vous ?

Et bien non, pas du tout, bien au contraire car pour améliorer le pouvoir d’achat, il faudrait tout d’abord diminuer drastiquement les impôts et les taxes, supprimer des administrations, réduire fortement les dépenses, maintenir une politique forte pour privilégier les entreprises, déléguer plus de services au secteur privé (donc alléger l’administration dans son ensemble), rogner dans tous les budgets et se pencher très sérieusement sur la dette publique…

Comment pourrait-il arriver à cela dans un pays dans lequel la population est obnubilée par les pouvoirs publics, par la centralisation de toutes les activités sur l’Etat, par l’assistanat et pour couronner le tout dans lequel les patrons et les entrepreneurs sont considérés comme des escrots ?

C’est un peu le cas partout en Europe mais ça l’est davantage en France. Malheureusement un scénario italien -dans lequel la première ministre d’extrême droite arrive au pouvoir pour – pourrait bien se produire à un niveau français dans les années à venir et cela ce n’est pas que du tout une bonne nouvelle pour l’UE, bien au contraire !

Sébastien Colson 

C’était bien ?

Bon…

Mais ce n’est pas tout, car une époque formidable c’est aussi un site Web et des centaines de réflexions qui traitent des problématiques de notre monde et c’est aussi…

Un bureau de rédaction, d’illustration et un service de sponsoring !

Ah oui, au fait, nous sommes aussi sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube et nous avons aussi un groupe sur Facebook sur lequel nous pouvons discuter de toutes les problématiques qui se posent à nous, donc on vous y attend car nous avons besoin de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 12 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut