La Chronique du 11 mars…

La Chine et la Russie s’unissent pour l’installation d’une base lunaire (à très moyen terme)…

Cela signifie que cette association est très clairement mise au point pour séparer les nations du monde qui pourraient participer (ensemble) à la conquête spatiale.

Bon, me voici maintenant décidé à vous parler sans hésitations d’une conquête de l’espace riche en nationalités…

Entre Est et Ouest, finalement, rien de nouveau…

Ce type d’alliance n’est pas vraiment nouveau. On retrouve ainsi les deux nations se battant indirectement contre les Etats-Unis lors des guerres de Corée, du Vietnam et bien entendu pendant la guerre froide. Et comme au bon vieux temps de la guerre froide, le monde était divisé, principalement en deux parties. Les choses n’ont pas véritablement changées, puisque finalement cette alliance sacrée entre la Chine et la Russie semble donner une nouvelle jeunesse à une situation que le monde à pu vivre entre les années 50 et 90. 

Bref, d’un côté nous avons l’ancien bloc communiste représenté par ses deux acteurs officiels et leurs alliés…

Qui sont ces alliés ?

Et bien il faut bien avouer qu’il n’y a pas de gros acteurs qui se bousculent pour travailler avec des Chinois ou des Russes. Si les chinois affichent une certaine constance dans le programme qu’ils se sont fixé, on sait aussi que la Russie (et forcément, les russes) sont eux, par contre réputés pour voguer là où le vent les porte. A savoir là où les affaires seront les plus florissantes en fonction du moment. 

La NASA en a fait les frais quand en à peine dix ans, les prestations de l’agence spatiale russe sont passées de 20 millions de dollars à presque 90 millions de dollars, pour envoyer un astronaute américain dans l’ISS. 

Les tensions entre l’ESA (qui aurait parfois légèrement tendance à virer vers l’Est) et la NASA ne sont pas suffisantes pour que les européens fassent un pied de nez aux américains. Du côté asiatique, les japonais, les indiens et les coréens se relieront directement aux américains. Au Moyen Orient, il y a peu de chances que (malgré les problèmes géo-politiques) les Émirats Arabes Unis (qui ont récemment envoyé une mission vers Mars se sont adressés aux japonais), l’Arabie Saoudite ou encore Israël ne se rangent du côté de la coalition sino-russe et à moins que la Syrie ai quelques ambitions spatiales – si c’était le cas le cas, il faudrait que le régime change drastiquement – les alliés du groupe sont peu nombreux dans cette région du monde.

Enfin du côté occidental pur et dur, on voit mal comment le monde anglo-saxon directement affilié à Londres (Australie, Nouvelle Zélande, Canada) pourrait basculer vers l’Est, étant donné que ces pays se retrouvent naturellement dans les rangs des pays ciblés comme ennemis traditionnels et sont surtout les cibles de cyber-attaques russes et chinoises .

Il semble donc – dans ces circonstances – que cette alliance entre la Russie et la Chine, va très clairement avoir lieu, mais contrairement à ce qu’une certaine presses peux essayer de vous faire croire, on voit difficilement comment une alliance potentielle entre certains acteurs de l’Ouest et les deux acteurs principaux de l’Est pourrait se faire. Surtout dans le climat actuel.

Quoiqu’il en soit, nous avons – en ce qui concerne le domaine spatial – des indications très claires sur ce qui est en train de se faire aujourd’hui : 

Chine et Russie d’un côté, monde occidental et alliés traditionnels de l’autre…

Voici comment se dessine l’avenir. Et autant dire que les choses n’ont pas véritablement changé depuis les années 50, même si la logique voudrait que toutes les nations du monde s’unissent pour affronter ce défi absolument titanesque qui s’offre à l’humanité. 

Malheureusement, les intérêts des uns et des autres semblent remplacer ce superbe objectif que nous pourrions poursuivre en commun en s’appuyant sur le dynamisme, la créativité et la flexibilité d’entreprises privées. 

L’occident peut par ailleurs compter sur des entreprises comme SpaceX, Blue Origin, Virgin Galactic, Boeing, Arianespace et bien d’autres encore. 

Toutes ces entreprises sont sur le point de révolutionner le transport et la colonisation spatiale. La vision d’une base chinoise ou russe sur la Lune est loin d’être sexy, par rapport à ce que ces dernières envisagent. 

Ce n’est pas étonnant d’ailleurs que Tesla s’apprête à mettre sur pied un réseau de batteries (énormes), capables de stocker de grandes quantités d’électricité et de pouvoir les redistribuer en fonction des besoins… Pour pouvoir approvisionner entre-autres des Etats comme le Texas, qui a éprouvé dans le courant du mois de février une pénurie très forte d’électricité. 

Aucun lien me direz-vous ?

Et bien si…

Cette manœuvre signifie très clairement d’une part que Elon Musk semble arriver en catimini sur des marchés où les acteurs traditionnels n’ont pas vraiment envie de le voir venir, mais que petit à petit il essaye d’y faire sa place, sans vraiment vouloir mener une révolution ouverte. 

D’autant plus que Musk semble avoir compris – fort d’une très longue expérience – qu’il y a des entreprises qu’il ne vaut pas mieux bousculer si on veut faire sa place dans ce monde. La meilleure des preuves est que son projet Starlink s’adresse aux (de prime abord) régions qui ne sont pas ou peu couvertes par les fournisseurs web. 

D’autres part, nous savons que Tesla, c’est aussi et avant tout un producteur de batteries et une entreprise spécialisée dans les moyens de transports du futur. Transports qui rouleront aussi dans les colonies spatiales, qui auront elles aussi besoin de stocker de l’électricité dans d’énormes batteries.

Vous n’êtes peut-être pas sans savoir que le Texas est le premier producteur de pétrole aux USA ?

Il se trouve aussi qu’il est le premier producteur d’énergie renouvelables.

Regards donc tournés sur le Texas, car il semble que c’est là que Musk parraît expérimenter tous ces projets les plus fous…

Rejoindre le groupe Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 3 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut