Ukraine, crise énergétique et mariages entre humains et personnages de bande dessinée : Guerre et (rafraîchissante) Paix…

Plus les jours passent, plus nous nous dirigeons vers une situation politique mondiale qui nous incite à craindre le pire.

Une chose est certaine, c’est que l’humain apprend en se ramassant des claques (au sens propre comme au figuré) et on peut dire que celles que nous recevons aujourd’hui font très mal. Malheureusement, les gifles que nous allons recevoir dans les prochains jours risquent d’être​ un peu plus douloureuses… 

Une dégringolade qui donne des frissons dans le dos…

Pourrions-nous imaginer une fin rapide au conflit ukrainien ?

Vu ce que l’on voit dans les médias, cela paraît plutôt impossible​ puisque les présidents ukrénien et russe, ainsi que le bloc occidental restent campés sur leurs positions. 

C’est choquant, mais c’est dans la détermination des ukrainiens et des occidentaux à se battre, en utilisant tous les moyens possibles contre l’envahisseur russe, que se situe toute la problématique :

D’un côté, les ukrainiens sont clairement déterminés à se battre, contre une armée certes extrêmement puissante, mais qui à aussi montré beaucoup de failles logistiques sur les quelques jours du conflit. Dans cette optique, même en imaginant que les russes prennent le contrôle complet de l’Ukraine, la résistance ferait rage et celle-ci serait militairement, directement supportée par l’Occident. Exactement comme l’armée régulière est soutenue militairement aujourd’hui par le même bloc. Pire encore, aujourd’hui l’Ukraine accueille des gens du monde entier, notamment quelques militaires américains, pour les intégrer dans une légion internationale. Le conflit ukrainien est désormais devenu une cause internationale qui va bien au-delà d’une guerre et celà pourrait sérieusement se retourner contre Vladimir Poutine. Mais ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle car si le conflit venait à durer, le président russe pourrait perdre patience et très clairement considérer que nous nous battons directement contre lui, et non plus indirectement comme cela doit être le cas pendant une guerre froide. Et tout ceci, bien entendu, ne laisse présager rien de bon…

En route pour un fiasco énergétique…

Sur le plan énergétique, les dégâts sont clairement visibles et on peut, là aussi, craindre le pire. La hausse du prix du pétrole et du gaz va pénaliser directement l’Europe. Probablement bien au-delà de ce que nous vivons aujourd’hui, avec à la pompe, un litre de diesel qui dépasse désormais les deux euros. Comme les prix sont plafonnés, des propriétaires de stations services tirent déjà le signal d’alarme et craignent de devoir acheter plus cher le carburant que le prix de vente maximum fixé officiellement. Cela veut donc dire très clairement que nous risquons de nous retrouver dans une situation de pénurie. D’un autre côté​, l’Ukraine ainsi que la Russie sont de gros exportateurs de blé, et la hausse du prix du carburant va inévitablement avoir des conséquences sur celui des matières premières. Ce qui veut dire aussi sur les aliments. Ce qui n’est pas du tout une bonne chose bien entendu. Rappelez-vous qu’après la crise de 2008, un milliard de personnes sur la terre ne pouvaient plus manger à leur faim. Aujourd’hui cette guerre est avant tout énergétique et pour le moment, l’enjeu impératif est de maintenir les énergies fossiles à un prix abordable, d’y avoir accès, mais aussi d’en dépenser le moins possible. Ce qui veut dire impérativement réduire notre consommation énergétique. Bref vous l’aurez probablement compris, la fête n’est pas encore pour demain…

Et maintenant les leçons :

Quelles sont les leçons que nous devons absolument tirer de cette situation ? 

La toute première – et en celà, les autorités européennes l’ont très bien compris – c’est avant tout de rompre avec la dépendance à une nation extérieure en terme énergétique et en allant plus loin, on pourrait même dire de rompre avec la dépendance tout court. La seconde est bien entendu de rompre avec des énergies fossiles dont nous ne sommes pas les producteurs. Enfin nous devons nous pencher sur les moyens de produire notre propre énergie, non plus pour être autosuffisant mais aussi pour se retrouver dans une situation dans laquelle nous sommes en excédent. 

Et pourquoi pas se marier avec un personnage de BD ?

Pourquoi n’avons nous pas été capables de proposer nos propres solutions de production d’énergies renouvelables – voire même alternatives – comme les américains ont eu, eux, le réflexe de le faire avec les produits et les services numériques. Peut-être, est ce là la plus importante des leçons qu’il faudrait tirer de cette situation désastreuse que nous vivons aujourd’hui. Nous aurions dû y croire beaucoup plus et faire en sorte que les solutions de production énergétique alternatives que l’Union Européenne à initiée il y a 20 ans, ​​deviennent des business models, dans le monde entier. 

Toujours est-il que dans un tel climat, il est rafraîchissant de voir que le monde continue de tourner et aussi de voir qu’au Japon, il est possible désormais de se marier avec un héros (ou une héroïne) de Manga. Cela vaut bien entendu aussi pour l’univers du jeu vidéo (Otome Game). L’acte n’est pas reconnu officiellement par les autorités, mais il l’est bien officieusement par la personne concernée et par son entourage. Cette pratique suggère de nombreuses questions sur notre temps :

Tout d’abord, des personnages virtuels peuvent-ils désormais vivre (presque réellement) avec des personnes réelles, ce qui est en soi, plutôt​ intéressant tant d’un point de vue sociologique, que technologique, social, voire même créatif​​ ? Ensuite, il y a cette étrange question des dérives possibles par rapport à ce genre de pratiques…

Pourrions-nous, nous marier avec un personnage (et qui plus est une vedette fictive, adulée par une majorité de personnes) qui a été conçu par une intelligence artificielle (c’est le cas) pour correspondre aux critères d’un particulier ou d’une grande partie de la population ?

Ce personnage serait-il exclusif ou bigamme

Dans les deux cas, on pourrait assister à la création d’une véritable industrie, au travers de laquelle chaque personnage serait créé pour vivre (et dans le métavers, apparemment tout est possible, surtout quand on parle de NFT) avec une personne bien réelle. Vous pouvez donc vous imaginer la suite…

Selon les couples et la célébrité du héros, les jeunes amoureux pourraient s’offrir une villa et une vie trépidante en bord de mer, fréquenter des amis, ou aussi avoir des enfants. Alors c’est ici que celà devient intéressant :

Nous pourrions assister à un reality show, orienté sur ces jeunes couples (ce qui donnerait aussi naissance à un business dans lequel on pourrait acheter sa célébrité pour satisfaire son ego). Ensuite, on pourrait aussi imaginer que les petites graines humaines (qu’ils s’agisse de celles d’une femme ou d’un homme), nécessaires à la création d’un enfant ne deviennent un produit qui mène à l’hybridation d’un personnage qui est idéalisé et un humain bien réel…

Oui, nous avons atteint aujourd’hui ce degré de sophistication technologique !

Que tout ceci soit éthique ou pas, nous devons, quoiqu’il arrive, admettre que cette situation n’est pas plus ridicule que celle d’un dictateur en mal d’audience qui aujourd’hui est en train de faire basculer le monde dans une possible guerre nucléaire… 

Une époque formidable… pour le meilleur et pour le pire !

Rejoindre le groupe Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 15 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut