Terminator is back, but not yet… James Cameron veut prendre son temps (juste histoire de ne pas trop se tromper)…

En 1984, la notion d’Intelligence Artificielle était encore difficile à cerner…

Et puis, James Cameron est arrivé avec son terrifiant Terminator. Un film qui faisait ressortir toutes les craintes humaines envers les machines. Et on peut dire que ces craintes n’étaient pas nouvelles. Lisez L’œuvre au noir, de l’historienne Marguerite Yourcenar (qui se déroule au XVI°siècle) et vous pourrez vous apercevoir que les métiers à tisser ont été à la base même des luttes syndicales des XIX° et XX°siècles. On pourrait bien entendu, aussi revenir sur la révolte des Luddites en Angleterre en 1813 ou sur les interrogations de Ada Lovelace, qui fut la première véritable personne à s’interroger sur le fait que les machines pourraient penser par elles-même, un jour. Ajoutons encore à cela ce fameux texte As We May Think (1945) de Vannevar Bush qui fut en amont du Web et de l’Intelligence Artificielle…

La différence est qu’aujourd’hui, la machine est tout autour de nous et le fait est que James Cameron prépare le septième volet de la saga Terminator, mais cette fois, c’est avec beaucoup plus de pragmatisme (et forcément, moins de romantisme) qu’il envisage de reprendre les rennes – du moins pour ce dernier volet – de ce que l’on appelle désormais… une franchise

Terminator, plus que jamais d’actualité…

Dans le courant de la seconde moitié du XX°siècle, tout était bon pour donner libre cours à l’imaginaire. Les plus grandes peurs et phantasmes humains se déchaînent alors, dans un torrent de romans bon marché (Pulp Fictions), de bandes dessinées, de séries télévisées ou bien encore de films de série B. On en viendrait même à regretter ce temps béni de l’insouciance…

Oui mais voilà, les choses sont un peu différentes aujourd’hui, car quand James Cameron se laissait aller à un délire complètement abstrait, par rapport à une intelligence artificielle qui aurait pour but d’anéantir l’humanité, l’intelligence artificielle n’existait pas du tout (du moins, elle n’était pas généralisée). Il a même fallu attendre 25 ans pour que l’on commence à parler de Deep Learning. Il faudra encore 10 années supplémentaires pour entendre parler de ChatGPT et c’est là que tout s’emballe !

Nous venons donc d’apprendre que James Cameron en personne, bûche sur le septième volet de la saga Terminator, mais cette fois, il prend tout son temps pour ne pas écrire des bêtises. Et il a bien raison car les choses vont tellement vite que ce dernier volet pourrait bien être très largement à côté de la plaque si ses conclusions étaient trop hâtives…

Ne craignez plus Skynet, craignez plutôt Xi Jinping !

Dans les circonstances actuelles – sur le fond, bien entendu – on pourrait dire qu’un épisode de James Bond est beaucoup plus réaliste qu’un épisode de la saga Terminator. Rien ne nous dit en effet que ChatGPT va prendre le contrôle de l’humanité (il n’est pas là pour cela), mais en revanche, la question se pose aujourd’hui de savoir si on doit ouvrir GPT 4 au tout Internet et quels risques pourraient arriver après cela…

Pour rappel GPT 4 qui est en quelque sorte la matrice – pour reprendre un terme lié à une autre franchise tout aussi effrayante – de ChatGPT est nourri avec une quantité phénoménale de données et d’informations provenant du Web. Malheureusement, plus ces informations sont fausses, plus ChatGPT à des chances de se planter dans ses textes. Au contraire, plus ses sources sont objectives, fondées et vérifiables, plus le Chat est fiable et c’est bien en cela que tout le problème réside. Ce n’est pas encore demain qu’une Intelligence Artificielle prendra le dessus sur l’humanité, car cette dernière reste encore nourrie (en termes de datas) par les humains. En revanche, un scénario qui verrait un fou furieux vouloir dominer le monde, tel qu’on peut en voir dans un épisode de James Bond, ça c’est possible ! 

Le véritable problème n’est donc pas l’IA en elle-même, mais plutôt celui qui la nourrit. En fait, elle ne fera rien d’autre que de suivre une certaine forme d’éducation qu’on lui aura donnée. 

Tout le problème consiste maintenant à savoir qui donne cette instruction et si ce dernier éprouve de l’emphatique ou de l’antipathie pour d’autres ou non…

Vous vous en doutez certainement, si Vladimir Poutine avait le pouvoir de développer ou de détourner une IA aussi potentiellement terrifiante que Skynet, dans le film Terminator, c’est avant tout sur les pays voisins de la Russie (et cela n’exclut pas la Chine) et sur l’Occident que celle-ci se retournerait. Il ne s’agirait en aucun cas d’une IA qui réfléchit par elle-même, ni pour elle-même (car techniquement, c’est encore impossible), mais plutôt de celui qui la programme !

Bon, et maintenant qu’est-ce qu’on fait ?

Cela va probablement faire hurler les amateurs de cinéma d’auteur, mais le film Terminator a joué un rôle majeur dans les esprits. Il nous a fait peur, mais a aussi contribué à nous interpeller sur d’éventuels gardes fous à mettre en place pour qu’un jour, nous continuions à dominer la machine et que cela ne soit pas le contraire. Bien entendu, il ne s’agit pas du seul exemple dans l’histoire de la science-fiction, mais néanmoins c’est le plus emblématique. 

Si demain, des armées de bots chinois ou russes (ou de toutes organisations terroristes anti-occidentales), venaient à générer des contenus néos nazis pour mettre à mal les bases de l’apprentissage des IA occidentales, celles-ci seraient détournées de leurs véritables raisons d’être, à savoir améliorer le destin de tout en chacun. C’est ici que se trouve le véritable danger de l’IA et pas autre part. Bien entendu, ces mêmes intelligences artificielles menacent  énormément d’emplois partout dans le monde et les choses vont bien trop vite pour que nous puissions éviter une future montée du taux de chômage, mais on pourrait dire que c’est un moindre problème car les choses sont bien plus compliquées que cela…  

Avoir accès ou non à l’IA n’est pas une question de choix pour les populations du monde entier. Un Masaäi pourra en tirer profit tout autant qu’un français, un anglais ou un américain. Récemment Google a lancé son alternative à ChatGPT dans 180 pays dans le monde, mais en étaient exclus les membres de l’Union Européenne. Quelques jours après, c’est Sam Altman, le patron d’Open AI qui avertissait l’UE que si les nouvelles législations qui allaient entrer en vigueur sur le territoire européen étaient trop contraignantes, l’entreprise s’en retirerait. 

Ces propos ont choqué Thierry Breton qui n’y a vu en fait, que du chantage…

Tirons-en les conclusions et les bonnes cette fois :

L’Intelligence Artificielle ne peut pas prendre les clés du monde sauf si une personne en chair et en os le décide. Le deuxième point – non négligeable – est que nous avons besoin de l’Intelligence Artificielle pour nous augmenter et que si nous cédons à la panique, nous risquons un décalage avec le reste du monde – y compris avec les pays en voie de développement – et cela bien entendu, ce n’est certainement pas souhaitable. Cameron a cependant raison de prendre son temps pour écrire ce nouvel Opus, car dans deux mois, nous risquons d’avoir encore de nouvelles surprises. Donc le meilleur comportement à adopter, ce n’est pas de prendre du recul, mais plutôt orienter nos réflexions dans le bon sens…

Sébastien Colson 

C’était bien ?

Bon…

Mais ce n’est pas tout !

Une époque formidable

C’est aussi…

 un site web 

et des centaines d’articles qui traitent  des problématiques de notre monde !

Mais surtout…

Un bureau de rédaction !

Si vous avez besoin d’un rédacteur Web, analyste des nouvelles technologies et spécialiste des répercussions de celles-ci sur nos sociétés, alors…

Bienvenue…

Un bureau d’Illustration !

Si vous avez besoin d’une illustration pour un de vos articles, made by humans (puisque c’est notre nouveau challenge), alors…

Bienvenue…

Un service de sponsoring !

Si vous voulez sponsoriser un de nos articles et nous aider à changer le monde, alors…

Bienvenue…

Et le meilleur pour la fin, nous sommes sur…

Nous suivre…

Nous suivre…

Nous suivre…

Nous suivre…

Rejoindre le groupe Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
48 ⁄ 24 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut