Envisager une rupture, comment s’y prendre ?

C’est bien le problème de l’économie traditionnelle, elle est assise sur un nid bien douillet et n’a pas vraiment envie d’en sortir !

Prenons le cas de la machine à laver…

Il faut bien le dire il s’agit toujours d’une boite branchée sur secteur, munie d’un couvercle ou d’un hublot, d’un bac à agitateur, ainsi que de rouleaux essoreurs. Dans les grandes lignes, pas de quoi envoyer une carte postale à la famille.

Bien entendu, il y a eu l’arrivée d’un programmateur électronique, qui à lui seul coûte presque autant que le prix de la machine si on doit le remplacer (très fragile par ailleurs). Nous avons eu droit aussi à des modèles un peu moins voraces en eau et en électricité.

Ahhhhhh, si ! Quand on y pense, nous avons eu une nouveauté… La réduction drastique des heures de fonction de la machine !

La rupture, condition indispensable…

Soyons clair, engager la rupture avec la machine à laver, revient tout simplement à éliminer la machine à laver elle-même. En fabriquant par exemple un textile qui n’a pas besoin d’être lavé. Nous pourrions aussi créer un système de location équivalent au Streaming pour la musique. Une sorte de location de vêtements, repris et échangés toutes les semaines par exemple.

Allons plus loin dans ce sens en imaginant que vous fassiez l’acquisition de vêtements avec une formule similaire à celle d’un leasing…

Imaginons cette formule avec certains services. Ceux-ci comprenant la livraison à domicile, les cintres et les éléments de rangement, le nettoyage toutes les semaines avec l’enlèvement à domicile, les réparations, transformations et adaptations à l’usure éventuelle, le recyclage et le renouvellement. Tout ceci relié par une sorte de Uber Clothes.

Une minute, ce n’est pas si simple…

Si vous faites ce qu’une compagnie de leasing fait habituellement, c’est à dire additionner les coûts, ajouter votre marge bénéficiaire et y ajouter le taux de TVA, vous êtes hors course avant même de commencer !

Vos prix ne seront jamais inférieurs à une formule traditionnelle (achat, maintenance, amortissement), mais aussi et surtout parce que vous utilisez un modèle économique traditionnel.

Une question qui pourrait sembler nous faire changer de chemin : dans les cinq premières années de la décennie 2000, si vous achetiez un CD par mois, quel était votre budget CD annuel ?

Un CD branché en Europe, coûtait à l’époque entre 18 et 25 euros… Pour un accès limité à un choix de musique, votre budget annuel se situait donc entre 216 et 300 euros. Aujourd’hui avec Spotify, votre accès à une banque musicale est illimité ou presque, pour environ 100 euros par ans.

Revenons en donc à notre service de Streaming pour le vêtement…

Essayons cette voie… Calculons le budget moyen vestimentaire annuel d’un consommateur, et divisons ce prix par 3.

En 2015 chaque française (à partir de 13 ans) dépensait 385 euros par ans (avec 45.2% des achats faits pendant la période des soldes) en vêtements. Les chiffres ont diminués en 2016 avec une baisse de 1.2%.

Donc cela nous ramène à un calcul simple : Peut-on fournir à un consommateur ce service pour la somme de 10 euros par mois ?

Si la réponse à la question est non, alors il va falloir se résoudre à une innovation horizontale, c’est à dire à envisager une machine à laver révolutionnaire.

Crédit photographique pour l’illustration : Franklin D. Roosevelt Presidential Library and Museum — Franklin D. Roosevelt Presidential Library and Museum, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4274135


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 12 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut