La vitrine est-elle vouée à disparaître ?

15 mai 2019 : Larchmont, une petite ville paisible à quelques kilomètres de New York City…

Les États-Unis, il faut bien le dire nous devancent souvent…

Mais, nous devancent-ils aussi sur la mort du commerce de proximité ?

A Larchmont c’est choquant !

Sur les 10 minutes qu’il nous faut marcher pour nous rendre au restaurant ce soir, on compte onze vitrines vides. Le dernier commerce qui a fermé était une librairie…

Autre constat, cette disparition ne concerne pas seulement le petit commerce, mais aussi la plupart des activités professionnelles de proximité.

Nous allons imaginer la disparition du commerce de proximité en quatre phases : 2020/2025, 2025/2030, 2030/2035, 2035/2040.

D’ici 2025 nous ne trouverons plus dans les petites agglomérations,que certains types d’activités professionnelles (dans le secteur privé/marchand hors agriculture et services publics).

Parmi celle-ci :

  • Coiffeurs/salons d’esthétique
  • Stations services /garages
  • Brocanteurs/antiquaires/ déco et livres de seconde main
  • Services de traitement des vêtements
  • Médecins/dentistes/Pharmacies/opticiens/psychologues
  • Avocats/notaires/huissiers
  • Restaurant/petite restauration/bar
  • Fablabs
  • Cordonniers
  • Espaces de loisirs et salles de fitness
  • Banques et services financiers
  • Supermarchés, magasins d’alimentation de proximité
  • Kinésithérapeutes et soins du corps

Donc, ce n’est à première vue pas si terrible que cela, puisque c’est en général ces derniers que l’on retrouve en majorité dans les centres urbains de petite taille. Exit donc les librairies, les photocopieurs, les détaillants en produits et services divers (jouets, vêtements, etc.).

C’est à partir de 2025, lorsque l’IA aura été développée de manière conséquente que les choses vont véritablement changer. Voici à quoi nous devons nous attendre…

  • Coiffeurs/salons d’esthétique (stable, pas/peu de changement**)
  • Brocanteurs/antiquaires/ livres de seconde main (50% restants*)
  • Services de traitement des vêtements (50% restants*)
  • Médecins/dentistes/Pharmacie/opticiens/psychologues (50% restants*)
  • Avocats/notaires/huissiers (50% restants*)
  • Restaurant/petite restauration/bar (stable, pas/peu de changements**)
  • Fablabs ( stable, pas/peu de changement**)
  • Cordonniers (50% restants*)
  • Espaces de loisirs et salles de fitness (en augmentation*)
  • Supermarchés, magasins de proximité (50%restants*)
  • Kinésithérapeutes et soins du corps (en augmentation*)

Trois familles de catégories professionnelles sont stables, six perdent 50% des effectifs et deux sont en augmentation. Il est possible, en effet que le prolongement de la vie entraîne une augmentation du nombre de Kinésithérapeutes, et que la généralisation du travail à domicile provoque un développement de la demande pour les loisirs.

A partir de 2030, nous serons dans les belles années de la quatrième révolution industrielle. L’internet des objets, les imprimantes 3D, les véhicules autonomes, les drones et les robots seront partout autour de nous…

Voici ce qui devrait se passer ensuite :

  • Coiffeurs/salons d’esthétique (25%restants*)
  • Médecins/dentistes/opticiens (25% restants*)
  • Avocats/notaires/huissiers (25% restants*)
  • Restaurant/petite restauration/bar (stable, pas/peu de changements**)
  • Espaces de loisirs et salles de fitness (forte diminution**)
  • Kinésithérapeutes et soins du corps (en augmentation**)

L’efficacité des assistants électroniques et les biotechnologies devraient remplacer en grande partie les prestataires de services dans les domaines de la médecine, de la justice et des soins esthétiques. En revanche la prolongation de la vie et la disproportion entre la durée de vie et celle qu’est capable de subir un corps humain, devrait logiquement encore entrainer une augmentation de la demande pour les kinésithérapeutes, les masseurs et généralement les professions liés au soin du corps (esthétique mise à part). Par contre les développements intensifs des réalités virtuelles et augmentées devraient entraîner une forte diminution des espaces de loisirs pour les recentrer au sein même de l’habitation.

A partir de 2035/2040, nous entrerons dans ce que nous pourrions nommer une cinquième révolution industrielle. Une révolution d’intelligence artificielle forte (qui à conscience d’elle même) et d’un homme augmenté conquérant l’espace. Ce qui devrait donner approximativement la situation suivante :

  • Restaurant/petite restauration/bars (pas/peu de changements**)
  • Espaces de loisirs et salles de fitness (forte diminution**)
  • Kinésithérapeutes et soins du corps (pas/peu de changements**)

Voilà comment devrait disparaître progressivement l’activité professionnelle de proximité

Il semble évident qu’en travaillant à partir de chez nous (ce phénomène est en train de se développer), nous allons avoir besoin d’un autre type de proximité. Des espaces dans lesquels nous pourrons échapper aux écrans toujours plus envahissants (si écran, il y a encore, car on parle de plus en plus de communication télépathique) et pour prendre soin d’un corps qui n’est pas programmé pour vivre autant d’années.

Si toutefois, la technologie est encore loin de mettre au point un robot kinésithérapeute, méfions nous néanmoins car la robotique enregistre des succès aujourd’hui que nous étions loin d’imaginer il y a encore cinq ans d’ici. Dans cette éventualité, il faudrait bien entendu enlever ce terme de notre liste. Ce qui n’empêche pas d’avoir des espaces dédiés aux soins du corps.

Mais tout cela nous allons pouvoir en discuter…

*Par rapport à la situation en 2019.

**Par rapport à la phase précédente.

Programme : Ils vont tuer mon commerçant ! 1/4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =


Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut